Accueil du site > Vie paroissiale > Homélies > Homélie du 22ème dimanche du temps ordinaire

Homélie du 22ème dimanche du temps ordinaire

dimanche 3 septembre 2017, par JMRoche

22 dim ordi A 2017 – Jr 20,7-9 ; Ps 62 ; Ro 12,1-2 ; Mat 16, 21-27

Jésus annonce à ses disciples qu’il lui faut monter à Jérusalem pour y souffrir, y être tué et ressusciter le troisième jour. Mais Pierre n’entend ni que Jésus monte à Jérusalem pour répond à une nécessité -il lui faut- ni que la résurrection est le terme de cette montée, non la mort. Du coup il prend Jésus à part pour le raisonner comme un petit garçon alors qu’il vient de le reconnaître comme « Christ, fils du Dieu vivant » ! Mais Jésus lui tourne le dos puis le remet en place publiquement en le traitant de Satan, en lui reprochant d’être un obstacle à sa route et en lui reprochant de penser comme les hommes non comme Dieu. Ainsi la nécessité qui impose à Jésus de monter à Jérusalem vient de son Père. Il lui est impératif que Jésus monte à Jérusalem pour y ressusciter le troisième jour.

Ensuite Jésus explique à ses disciples qu’en montant à Jérusalem il ouvre une voie nouvelle mais que le suivre sur cette voie suppose de renoncer à soi-même, de prendre sa croix et de perdre ainsi son âme pour la sauver. J’emploie le mot « âme » plutôt que le mot « vie » car le texte grec présente le mot « âme » (psuché) et non pas le mot « vie » (biov). L’âme c’est le « moteur » du corps, le principe « animateur » du corps. C’est pour cela que les traducteurs utilisent ici le mot « vie » plutôt que le mot « âme » parce qu’un corps sans âme est un cadavre. La voie proposée par Jésus est une voie seconde. Elle s’ouvre après que l’on se soit engagée dans la voie commune à tous les humains. En effet tous les humains vivent et travaillent pour être ceci ou cela et pour l’être parfaitement. Et durant ce cheminement, il arrive que pour certains suivre Jésus devient un nécessité supérieure à cet accomplissement. Ils renoncent alors à eux-mêmes et tentent d’être d’autres christs en assumant la croix d’y arriver imparfaitement. Cette réorientation suppose bien un changement d’âme, un changement de moteur.

Désormais je ne suis plus mobilisé par la réalisation de telle image de moi-même mais par l’incarnation de l’amour porté par Jésus. Incarnation qui passe comme pour Jésus par des souffrances et une mort pour aboutir à la résurrection à la différence de l’autre parcours qui passe par des souffrances pour finir par la mort. A vous de juger quel est le parcours le plus avantageux, étant entendu que c’est en ressuscitant que nous découvrons ce qu’est la résurrection.

Jérémie s’est engagé sur le parcours que Jésus Christ conduit à son terme. Il en a vécu les souffrances et bien souvent il a eu envie de jeter l’éponge. Mais il n’a pu le faire car il était habité par un feu brulant. Le moteur de Jérémie c’est d’aimer Dieu et son peuple et il souffre que ce dernier ne partage pas cet amour. Ainsi Jérémie carbure à l’amour et ce carburant est si fort qu’il n’a pas envie de revenir à un autre !

En nous invitant à offrir nos corps vivants en offrandes saint à Dieu, Paul nous invite à cheminer sur la voie ouverte par Jésus et à carburer du même amour que lui ! Et il n’hésite pas à qualifier cette offrande de de culte « logique » en usant du mot grec « logiké ». Cette manière d’envisager le culte étonne tant les traducteurs qu’ils préfèrent « juste manière » ou « culte spirituel ». Pourtant Paul nous fait entendre qu’aimer comme Jésus est une démarche raisonnable qui suppose de la réflexion pour rester libre à l’égard des idéologies et des modes afin de discerner les actes et les paroles conformes à la volonté de Dieu, c’est-à-dire les actes et les paroles incarnant son amour.

Ainsi Jésus monte à Jérusalem car il est nécessaire de montrer combien il est raisonnable d’aimer, y compris ses bourreaux, car c’est ainsi que l’on est plus fort que la mort !

Etes-vous vous êtes animés du même feu que Jérémie ? Vérifiez s’il vous est arrivé d’éprouver le désir de Dieu exprimé dans le psaume 62 ? Si oui, vous avez pris le chemin du Christ… Si non, vérifiez encore…

Olivier Petit.

SPIP | squelette | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0