Accueil du site > Vie paroissiale > Homélies > Homélie de l’Epiphanie

Homélie de l’Epiphanie

dimanche 7 janvier 2018, par JMRoche

Epiphanie 2018 – Isaïe 60,1-6 ; ps 71 ; Eph 3,2-6 ; Matthieu 2,1-12.

La lumière annoncée par Isaïe fait de Jérusalem le point de convergence de la diversité des peuples et de leurs cultures. Ainsi les ténèbres que cette lumière met en déroute, occultent, cachent, ce qui en chaque peuple et chaque culture rend possible cette convergence. Cette prophétie trouve son accomplissement dans l’évangile de la visite des mages non sans quelques modifications.

A l’apparition de l’étoile du roi des Juifs, les mages, bons lecteurs d’Isaïe, se précipitent à Jérusalem. Loin de susciter l’enthousiasme, ils inquiètent la ville et le roi Hérode qui les fait venir en secret pour leur communiquer des informations qui n’ont rien de confidentiel. Le secret de cette rencontre vise à s’en faire des obligés de sorte qu’ils reviennent vers lui après avoir trouvé l’enfant. Etrange manœuvre ! Ne pourrait-il pas faire le voyage ?

Ayant à peine quittés Jérusalem les mages retrouvent l’étoile qui les conduit jusqu’à l’enfant ce qui rend inutile les informations reçues d’Hérode. Ces retrouvailles avec l’étoile les réjouissent alors qu’ils n’ont pas encore vu l’enfant et les dégagent de l’ambiance de Jérusalem faite d’inquiétude et de secret.

Sitôt en présence de l’enfant et de Marie sa mère, les mages découvrent des trésors cachés jusque-là. Ainsi le meilleur de leurs peuples et de leurs cultures ne se révèlent que dans la rencontre joyeuse avec l’enfant ! Puis songeant à tout ce qu’ils viennent de vivre, les mages décident de revenir chez eux en évitant Hérode et Jérusalem. Ils sont entrés dans ce royaume où l’on respire la joie et dont le prince est un enfant aimé par sa mère ! Ils ne veulent pas revenir dans ce monde mensonger et violent où il vaut mieux cacher ses trésors. Ils ont pris place dans ce corps promis depuis au moins Abraham dont le Christ est la tête pour peu que l’on décide d’entrer dans la joie sans regret !

Cette figure d’un enfant aimé et choyé par sa mère désigne ce qu’il y a de commun à toutes les cultures ! Il n’est pas de peuple et de culture qui ne repose sur les enfants et sur l’amour qu’on leur accorde ! Et si trésors il y a en ces peuples et cultures, ils sont ce qu’il est opportun d’offrir à un nouveau-né. Discernons les trésors de nos cultures et de nos peuples en recherchant ce qui peut être offert à un nouveau-né parce que favorisant joyeusement sa croissance et son bonheur et ce qui ne doit surtout pas lui être offert !

Olivier Petit.

PRIERE UNIVERSELLE :

Père, donne-nous d’être attentifs aux signes de la présence de ton fils en notre monde comme l’ont été les mages !

Père, donne-nous de chercher ton fils en notre monde avec autant d’entêtement que les mages !

Père, donne-nous la prudence d’offrir nos trésors à ton fils et non pas à Hérode !

Père, donne-nous la sagesse d’éviter Hérode quand il pointe le bout du nez en nos existences !

SPIP | squelette | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0