Accueil du site > Vie paroissiale > Homélies > Chemin de Croix du Vendredi Saint

Chemin de Croix du Vendredi Saint

vendredi 30 mars 2018, par JMRoche

Chemin de Croix 2018 – Notre Dame Saint Louis.

1) Jésus est condamné par Pilate. Pilate comprend que la condamnation de Jésus est injuste. Mais il n’a pas le courage, l’intelligence et l’énergie nécessaire pour exercer son pouvoir selon la justice et sans mentir. Et il est probable que nous ne ferions pas beaucoup mieux à sa place. Seigneur prend pitié de nos lâchetés et de nos complaisances avec le mensonge et la violence !

2) Jésus est chargé de sa croix. Cette croix condense la violence que les humains ne cessent de s’infliger et d’infliger à la création. En effet, c’est avec la transformation d’un arbre en deux poutres que l’on fabrique une croix. Seigneur prend pitié de notre créativité pervertie en violence !

3) Pour la première fois Jésus tombe sur la route du calvaire. Qu’elle est lourde cette croix ! Elle est lourde comme le péché, comme notre péché ! Mais Jésus se relève et avance. Le péché ne peut écraser l’amour ! Seigneur donne-nous ton Esprit d’amour pour que nous avancions avec la même énergie que ton Fils !

4) Jésus rencontre sa mère. Probablement, Marie repasse en son cœur bien des choses accumulées depuis la visite des bergers à Bethléem. Et malgré l’angoisse qui ne doit pas manquer de l’étreindre, soyons sûr qu’elle ne doute pas de la réalisation de la promesse de Gabriel même si à vue humaine elle semble impossible ! Seigneur viens au secours de nos manques de foi !

5) Jésus est secouru par Simon de Cyrène. Simon secourt providentiellement Jésus même si cela lui est imposé. Et l’on ne sait pas s’il a échangé avec Jésus quelques mots ou même un regard. Mais de fait il secourt Jésus et porte avec lui sa croix. Seigneur donne-nous la force de Simon pour porter les croix de nos frères humains !

6) Véronique essuie le visage de Jésus. Véronique honore le corps de Jésus de même que la femme qui l’inonde de parfum à Béthanie. Ce geste de soin et de tendresse honore le visage qui a manifesté aux hommes l’amour du Père. Donne-nous Seigneur la même attention aux visages des frères et des sœurs que tu nous donnes jour après jour !

7) Jésus tombe une seconde fois. Le péché du monde est bien lourd à porter même pour le fils de Dieu ! Mais il l’est d’autant moins que nous prenons le chemin d’amour que nous propose Jésus. De là vient peut-être que Jésus ne soit pas écrasé par cette croix et qu’il arrive à se relever pour la porter encore. Donne-nous Seigneur la force d’aimer et de prendre ainsi notre part à la passion de notre Seigneur !

8) Jésus console les femmes de Jérusalem. Les femmes de Jérusalem pleurent comme des mères pleurent leurs enfants souffrant et mis à mort mais aussi leurs enfants violents et assassins. Elles représentent toutes ces femmes qui pleurent encore aujourd’hui à cause de la violence commise et subie par leurs enfants telles les mamans d’Arnaud Beltrame et de son assassin ! Seigneur répond-leur par la résurrection de ton Fils !

9) Jésus tombe pour la troisième fois. Jésus chute une troisième fois et se relève une troisième fois. Par cet entêtement il fait de sa mort un lieu de liberté ! Il n’a certes pas choisi de mourir mais il a choisi d’être ce qu’il est jusqu’au bout dusse-t-il en mourir. Il est le fils de Dieu n’en déplaise aux jaloux qui l’assassine et il le sera sans faillir y compris dans sa mort. Seigneur donne-nous la force d’assumer de même notre dignité filiale reçue au baptême !

10) Jésus est dépouillé et crucifié. Ce dépouillement découvre l’enjeu de la passion : le corps, lieu de deux amours : l’amour filial sur l’axe vertical, l’amour du prochain sur l’axe horizontal. Cette crucifixion découvre la cible ultime du péché : l’amour, c’est-à-dire Dieu lui-même puisqu’il est amour ! Seigneur animés par ton Esprit puissions-nous incarner ces deux amours à la suite de ton Fils !

11) Jésus agonise sur la croix. Jésus agonisant, prie pour ses bourreaux puis il s’adresse à son Père en empruntant ses derniers mots au psaume 21/22. La première partie de ce psaume fait entendre un agonisant qui prie le Seigneur et en appelle une réponse. La seconde partie fait entendre le même homme ressuscité par la réponse du Seigneur ! Jusqu’à son dernier souffle Jésus aime convaincu que son Père ne l’abandonnera pas. Père donne-nous ton Esprit de Foi pour aimer comme ton Fils !

12) Jésus meurt sur la croix. Jésus meurt après qu’il ait été élevé sur la Croix au vu et au su des passants entrant et sortant de Jérusalem. Tous sont ainsi informé de là où peut conduire un amour vrai vécu jusqu’au bout. Veut-on dissuader d’aimer, d’aimer vraiment jusqu’au bout, qui en serait tenté ? En tout cas, impossible de ne pas se poser cette question : est-il raisonnable de suivre Jésus et d’aimer comme il nous y invite. Prenons le temps de nous la poser.

13) Jésus est descendu de la croix et remis à sa mère. Le corps de Jésus remis à sa mère n’est pas brisé mais percé d’un coup de lance qui en fait une source. Se révèle ainsi la vocation de l’Eglise : elle est dépositaire du corps du Christ source de vie et de résurrection. Mais elle ne l’est que pour autant elle s’abreuve à cette source et l’incarne. Prions pour notre Eglise : qu’elle honore toujours mieux sa vocation !

14) Jésus est enseveli. Joseph d’Arimathie réclame courageusement le corps de Jésus à Pilate pour l’honorer après une exécution qui visait à le déshonorer. En installant le corps dans un tombeau neuf fermé par une grosse pierre, il installe le dispositif que la résurrection bouleversera. La belle action de Joseph contribue donc à la manifestation évidente de la résurrection puisque la pierre roulera et tombeau se révèlera vide. Le courage de Joseph est donc porteur d’avenir à son insu ! Seigneur donne-nous le même courage pour honorer les justes même quand il n’y a plus rien à attendre.

SPIP | squelette | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0