Accueil du site > Vie paroissiale > Au service de la paroisse > Rencontre avec le Père Bertrand Pinçon

Rencontre avec le Père Bertrand Pinçon

jeudi 19 avril 2012, par JMRoche

"Beaucoup de gens s’imaginent que la Théologie

n’est pas faite pour eux"

mercredi 21 décembre 2011 / Directeur

A l’occasion de sa récente nomination au poste de doyen de la Faculté de Théologie de Lyon, la rédaction du site a rencontré le père Bertrand Pinçon, prêtre du diocèse de Lyon. Parmi ses projets pour la Faculté, rendre plus accessible le chemin vers la Théologie.

Depuis septembre 2011, vous êtes le nouveau doyen de la Faculté de Théologie, comment avez-vous été nommé ? En réalité, je n’ai pas été nommé. J’ai été élu par mes confrères lors du renouvellement de ce poste. En fait, je suis un familier de la maison. Il y a une quinzaine d’années j’étais étudiant ici. Puis l’occasion m’a été donnée de poursuivre des études bibliques à Rome. J’ai retrouvé la Faculté de Théologie de Lyon il y a 4-5 ans, en tant qu’enseignant spécialisé dans l’Ancien Testament.

Que représente le travail de doyen ? Le travail de doyen est d’abord largement administratif et relationnel, car le doyen est le garant de la vie de la faculté. Ensuite, je continue à assurer quelques cours et un peu de recherche dans le domaine biblique. Je poursuis parallèlement un ministère paroissial à la Guillotière, notamment dans l’animation de groupes de la Parole. Etre doyen élargit forcément le champ de vision : des réunions avec d’autres doyens, directeurs d’instituts ... Je travaille avec une équipe d’enseignants, je dois m’assurer que ceux-ci travaillent entre eux. Dans l’ensemble, il y a un bon climat de travail, mais il faut aussi penser au renouvellement.

Comment fonctionne la Faculté ? La Faculté de Théologie se compose d’une quinzaine d’enseignants-chercheurs, sur des sujets aussi divers que la Bible, le dogme, l’histoire et la patrologie, la morale ... La Faculté est non seulement un lieu d’enseignement mais aussi un lieu de recherche. Nous participons à des rencontres interdisciplinaires au sein de la Faculté, de l’Université Catholique de Lyon ou encore avec d’autres facultés en France et au-delà. Historiquement la Faculté de Théologie de Lyon entretient des liens avec d’autres facultés de théologie, telles que celles de Genève ou du Québec. Cela se manifeste à travers des relations de recherche, de publication et également des échanges d’enseignants. Cela donne plus de dynamisme à notre travail universitaire.

A qui s’adressent les études de Théologie ? A toute personne qui est en quête d’un approfondissement de sa foi, mais encore à toute personne cherchant un sens à sa vie. Il ya parfois des personnes non croyantes qui s’inscrivent à certains de nos cours. La faculté de Théologie de Lyon propose un parcours complet de formation qui aboutit à un diplôme : baccalauréat canonique (l’équivalent d’une licence dans un cursus universitaire classique), licence de théologie (équivalent à un master 2) et doctorat canonique. Aujourd’hui, nos diplômes sont reconnus, par équivalence, par l’Etat français.

Qui sont vos étudiants ? Ils sont de deux ordres : les étudiants réguliers (laïcs, personnes appartenant à des communautés religieuses, séminaristes) qui sont plus de 500, dont 40 doctorants, et les auditeurs libres (jeunes retraités, étudiants, femmes au foyer), environ 250 personnes. Ces étudiants viennent de tout le quart sud-est de la France, avec une grosse majorité du diocèse de Lyon, et d’une façon plus étendue de la Province ecclésiastique.

Quels sont vos projets pour les auditeurs libres ? Nous souhaitons leur proposer un parcours cohérent et plus ciblé, pour un ou deux ans, ainsi que des cours grand public, de grandes conférences pour faire connaître la recherche des enseignants en Théologie. Enfin nous voudrions organiser davantage de journées d’études, de colloques.

Quelles sont les spécificités et l’histoire de la Faculté de Théologie de Lyon ? La Faculté existe depuis la fin du 19ème siècle à Lyon. Les grands centres d’intérêt sont : le christianisme social et les relations entre foi, société et théologie ; les sciences du langage et la sémiotique ; l’étude du judaïsme, l’interreligieux ou l’étude des autres religions ; le domaine biblique, avec les nouvelles méthodes de recherche (narratologie) où l’on s’intéresse aux effets des textes sur le lecteur. Nous développons ces spécificités à travers des instituts, cours, conférences ou encore journées d’études.

Pourquoi étudier la Théologie ? La Théologie permet un travail critique sur sa foi, elle fait grandir en intelligence, à la fois l’homme et le croyant. Il est en effet nécessaire de confronter notre intelligence critique à la révélation chrétienne, de se mettre à l’écoute de l’Eglise à travers sa tradition et son magistère. Cela permet de répondre à des questions comme celles-ci : en écho avec la société d’aujourd’hui, comment formuler notre foi ? Comment faire en sorte qu’elle soit reçue par nos contemporains ? Comment mieux rendre compte de ma foi, mieux prier ? Beaucoup de gens s’imaginent que la Théologie n’est pas faite pour eux, or c’est une discipline ouverte à tous. J’espère que les chrétiens du diocèse de Lyon continueront à pousser la porte de la Faculté de Théologie.

Quels sont vos projets pour la Faculté ? Nous avons le projet de développer des pôles d’excellence, en donnant une plus grande visibilité à nos centres de recherche. Nous devons continuer le travail sur l’héritage du christianisme à Lyon, c’est notre terreau. Il nous faut cultiver cette spécificité-là. L’enseignement à distance (Théo en ligne http://www.univ-catholyon.fr/ecoles... ), avec son tutorat proposé aux étudiants, est également un outil à défendre et à développer. Pour l’heure nous avons des projets de grandes conférences en collaboration avec la Faculté de philosophie, ainsi que des présentations d’ouvrages de nos enseignants.

En tant que prêtre, êtes-vous un enseignant différent des autres ? Il y a une façon originale d’enseigner en étant prêtre, car être enseignant est aussi un ministère d’Eglise au service du peuple de Dieu, pour l’aider à grandir dans la foi. Comme je le dis parfois en plaisantant : "Je n’ai pas été ordonné professeur".

Pour aller plus loin : le site de la Faculté de Théologie de Lyon : http://www.theologielyon.org © Sedicom Lyon

SPIP | squelette | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0