Accueil du site > Vie paroissiale > Art & Histoire > Art & Histoire, St Louis, L’orgue

Art & Histoire, St Louis, L’orgue

mercredi 28 août 2013 (Date de rédaction antérieure : 8 février 2010).

L’orgue

Un premier orgue fut construit par les facteurs Guetton-Dangon vers 1880. Pourquoi à cette date ? Tout simplement parce que le rite lyonnais proscrivait l’usage de l’orgue dans les églises paroissiales. Il était réservé aux communautés religieuses jusqu’à cette fin de XIXème siècle.

Le Père CASSON vendit cet instrument à l’église de Dardilly-le-Bas et le remplaça en 1946 par un instrument neuf construit par les établissements Michel Merklin & Kuhn. C’est l’instrument actuel, à trois claviers à caractère post symphonique infléchi vers une esthétique plus néo-classique par un certain nombre de modifications (1969 et 1982).

Le buffet a été dessiné par l’architecte Louis MORTAMET. L’ébénisterie en acajou a été réalisée par le lycée Lamache du Bachut à Lyon (8ème). Les moulures sont dorées à la feuille. Le buffet est réalisé en deux corps de part et d’autre de l’abside, ce qui donne un équilibre visuel agréable mais complique le domaine technique, multipliant les risques de pannes. Le buffet de droite, en regardant l’instrument, contient le Grand Orgue et la Pédale, celui de gauche contient le Récit et le Positif. Comme il faut alimenter ces deux buffets en air, le buffet du côté St Louis contient également un soufflet ; l’autre buffet est alimenté par un autre soufflet situé dans le clocher.

La composition a été établie par le célèbre organiste lyonnais Marcel PEHU. Lors de sa construction, les tuyaux de façade n’avaient pas été posés par manque de matériaux dû à l’époque et un certain nombre de jeux ne possédait pas de basses. La transmission originale était électropneumatique, ce qui était très novateur pour l’époque.

Au cours d’une restauration en 1998, on mit en façade un certain nombre de tuyaux en zinc récupérés sur l’orgue de N. D. de Bon Secours à Montchat, tuyaux qui auraient pu être utilisés mais qui étaient purement décoratifs et probablement non conformes au projet initial.

Après des années d’efforts du Comité de Sauvegarde de l’orgue, après une période de presque deux ans où il est resté complètement muet, il a bénéficié enfin, grâce au cofinancement du Comité et de la Ville de Lyon, d’une restauration qui s’est achevée à l’automne 2008 ; ses jeux ont été complétés en conformité avec le projet original jamais mené à bien. La mise à niveau technique permet aux organistes de bénéficier, entre autres, d’une pré registration électronique, c’est à dire la possibilité d’enregistrer à l’avance les changements de jeux en cours d’exécution. Les spécialistes nous disent qu’il reste encore quelques incongruités à faire disparaître...l Le concert annuel de janvier 2009 a permis d’inaugurer dignement l’instrument restauré par la Maison Orgues Giroud Successeurs, sous la direction du facteur d’orgues Jacques NONNET.

Notez que, légalement, les orgues sont propriété de la Ville de Lyon

Pour tout renseignement sur l’instrument, on peut contacter Jean JANIN, organiste émérite, qui est actuellement Président du Comité de Sauvegarde - 04 78 72 24 03. Voir également les coordonnées du site spécifique au bas de la page

Les organistes L’orgue de 1946 fut tenu pendant plus de 10 ans par M. Joseph GENIN. Ce brillant organiste, capable de changer de ton aussi souvent que nécessaire au milieu d’un morceau pour suivre la voix pas toujours assurée de certains de nos prêtres, avait déjà tenu l’orgue précédent près de 30 ans. C’est M. Charles ALLEMAND-MARTIN qui lui succéda en 1958, là aussi pendant de nombreuses années et jusqu’à son décès. Il était l’élève de Marcel PEHU. A l’époque immédiatement après Vatican II où la liturgie se cherchait - pas toujours avec goût - et où la mode changeait très vite, il sut faire preuve de patience et de diplomatie. Il fut le maître de Jean JANIN, cheville ouvrière du Comité de sauvegarde de l’orgue, l’un de nos organistes actuels. Le deuxième organiste fut Jacques FLORI qui tint l’orgue pendant de nombreuses années. Jean-Paul MIGNONAC accompagna aussi régulièrement les liturgies et fut président du Comité de sauvegarde de l’orgue jusqu’à son départ de Lyon en juin 2007. Il a été remplacé par un enfant du quartier, Pierre MARZE, qui est venu rejoindre Jacques FLORI et Jean JANIN début 2008. Depuis septembre 2009, Sandrine ALBERT fait également partie de l’équipe.

Après la restauration, le P. Olivier PETIT décida que, compte tenu du caractère exceptionnel de l’instrument, il fallait tout faire pour qu’il prenne sa place sur la ville de Lyon. C’est ainsi qu’ont été créées des Heures d’Orgue qui permettent de faire découvrir toutes les ressources de l’instrument. Puis il a fait appel à un organiste professionnel, Martin BACOT, nommé en 2011 titulaire de l’église N.D. St Louis de la Guillotière à Lyon, pour coordonner, dynamiser et développer tout ce qui se fait autour de l’orgue, tant dans le domaine liturgique que dans le domaine musical.

Beaucoup plus de détails sur notre orgue et la vie musicale dont il est le pilier sur le site : http://orgue-ndsl.blogspot.com/

SPIP | squelette | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0